SAUVETERRE  (Tarn) 

De la création de la sauveté à Sauveterre sur Thoré.


La commune de SAUVETERRE SUR THORÉ (159 habitants) fait partie du canton de Saint-Amans-Soult,  arrondissement de Castres, département du Tarn. Le chef-lieu, comprenant les bâtiments communaux, l'église, le château (perché sur une éminence), se situe sur la rive  gauche du Thoré à l'altitude de 324 mètres. Le point le plus remarquable se trouve sur la montagne du Pomayrol à La Fongassière ou des trois évêques, à 922 mètres d'altitude.

L'origine ancienne de Sauveterre est attestée depuis longtemps, mais surtout dès le 13ème siècle, par la création d'une sauveté d'origine ecclésiastique. Celle-ci voulait protéger les paysans qui travaillaient les terres et qui défrichaient la forêt, encouragés par des maîtres soucieux d'en obtenir des redevances. 


Le château


La Borie Grande   

Au fil des temps, les relations entre les manants ou habitants et le seigneur ont toujours été tumultueuses à cause des terres, des bois, de la dépaissance et des charges financières. Le château a subi les outrages du temps et des guerres nombreuses qui ont secoué la région. C'est d'abord la Croisade contre les Albigeois, qui s'est terminée par la chute d'Hautpoul en 1212 et la conquête des environs. Ce sont aussi les guerres de religion, qui ont marqué profondément la région surtout par les destructions, tour à tour, des églises catholiques et des temples protestants.

Sainte-Croix de Sauveterre est l'église paroissiale. Elle est ancienne par ses fondations qui remonteraient assez haut dans le temps, au moins 14 ou 15ème siècle sinon plus. Elle a été reconstruite en 1761, après bien des vicissitudes, voûtée en 1861 et elle possède un clocher inséré dans une ancienne tour de défense.


L'église Sainte-Croix


Halte ferroviaire Albine-Sauveterre

La commune a été traversée par la ligne de chemin de fer de Castres à Bédarieux avec sa halte mixte d'Albine-Sauveterre. La route Nationale 112 coupe le territoire en deux parties, le village et les hameaux situés au Sud comme Le Ver, La Borie Grande, Thérondou, Camproux, Les Acles, Rabasset, Le Poul, Durenque. Les autres métairies, plus lointaines, ont vu leur population disparaître comme à Gourgne, l'Acapté, Granié, Le Tournet, Panthoy et le Four du Verre. 

* LE VILLAGE DE SAUVETERRE : A l'écart des grands courants routiers et économiques, le chef-lieu, perché sur une légère éminence, vit une existence paisible à l'ombre du château de la famille du marquis d'Auxillon, de son église Sainte-Croix, de ses bâtiments communaux au milieu d'une nature verdoyante. On entend le murmure, voire en certains cas très pluvieux, le grondement du Thoré qui forme aussi la limite avec Rouairoux.

* LES HAMEAUX : Ils sont dispersés. de nos jours, ceux situés dans la montagne ont disparu à cause de l'exode des habitants qui se sont rapproché de la plaine. Camproux, près de Lacabarède, se développe rapidement. Le Ver et la Métairie Grande ont toujours été importants, car ils sont limitrophes du village d'Albine. Le chemin de fer a traversé, d'une manière éphémère, le Nord de la commune, tandis que la RN 112 absorbe de plus en plus une circulation importante. Les autres hameaux sont Thérondou, La Font-Blanque, Durenque... et ils maintiennent une vie champêtre.

* LA FORÊT : Elle est située sur les pentes raides de la Montagne Noire, occupe la partie Sud et canalise les fortes précipitations dues à un climat à tendance océanique importante. Les relations, entre les hommes et la forêt, ont toujours été cahotiques. Les rapports entre l'administration forestière et les pauvres habitants, souvent indigents et ne possédant que peu de choses, de terres ou de pacages, ont toujours été tendues, tour à tour à l'avantage des uns et des autres. Fallait-il laisser ruiner la forêt par une dépaissance et un pillage de ses ressources, ou donner le droit de survie à une population laborieuse méritante qui était là depuis fort longtemps? le Conseil municipal, aux 19 et 20ème siècles, a toujours su prendre les bonnes décisions.


Le hameau de Gourgne


Le hameau du Poul

Les activités économiques sont depuis toujours axées principalement sur l'agriculture. Autrefois, il y avait deux verreries qui utilisaient le bois de la forêt comme combustible et des mines de fer, sans grande importance.

La randonnée pédestre est privilégiée dans le massif montagneux, traversé le long de la crête par le sentier GR7, jusqu'à la Font Gassière, point culminant de la commune et aussi sur l'ancienne voie ferrée de Mazamet à Saint-Pons (piste verte).

  

La passerelle du moulin

La route RN 112


Histoire de Sauveterre : Disponible
La dictée de Sauveterre
Balade sur les traces de la ligne de chemin de fer Castres à Bédarieux

Pour parler sans ambiguïté, on peut dire qu'il faut faire grand cas de Sauveterre ou Sauveterre sur Thoré, car ses habitants ont toujours su défendre leurs intérêts. C'est tout un art de vivre, ici agréablement, à l'écart du roulement incessant des convois de toutes sortes sur le grand chemin carrossable qui va de l'Orient vers l'Occident. 



HISTOIRE  DE  SAUVETERRE (Tarn)
Les Cahiers du Thoré n° 16

Avant-Propos de Jacqueline ALQUIER
Sénatrice du Tarn
Présidente du Parc Naturel du Haut-Languedoc

Préface de Claude CABROL
Maire de Sauveterre


Illustré, 150 pages.  2004
Prix : 20 € (Port en sus)

ISBN : 2-9515499-5-4 
Commander


retour