Les Cantons
Les Villages



CANTON  DE  SAINT-AMANS-SOULT  (Tarn)
La haute vallée du Thoré, le pays vert...

Le CANTON DE SAINT-AMANS-SOULT, formé de huit communes, se veut être la porte albigeoise sur la grande voie de communication (RN 112, maintenant D 612) qui va de Castres à Béziers. Partagé autrefois entre les évêchés de Castres, Lavaur et Saint-Pons, il a été longtemps un bastion huguenot aux temps des guerres de religion. C'est un pays de filature traditionnelle qui s'étale le long de la vallée du Thoré. Les vicissitudes économiques sont grandes, marquées par une crise du textile sans précédent obligeant à se diversifier le plus possible, pour essayer de maintenir sur place une population laborieuse méritante. C'est aussi le pays vert, tout entier compris dans le Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc.

 
En jaune, le canton de Saint-Amans-Soult
 



La mairie d'Albine

 ALBINE
(Tarn)

La ferme d'Albinus existait aux temps gallo-romains. A 324 mètres d'altitude, ALBINE a une superficie de 1715 hectares pour 556 habitants. De tous temps, le village a toujours été un hameau de Saint-Amans-Soult et n'a été érigé en commune distincte qu'en 1910. Depuis 936, la paroisse de Saint-Saturnin de Bison s'étendait jusqu'au pont d'Albine et comprenait les communautés de Lacabarède et Sauveterre. Avant 1680, il existait une petite chapelle votive, L'église paroissiale Saint-Jean, reconstruite en 1712, devint une annexe de Saint-Amans puis une paroisse en 1803.

Découverte du village d'Albine
Livre d'Histoire et de Géographie d'Albine : Disponible
Balade sur les traces de la ligne de chemin de fer Castres à Bédarieux


La mairie de Bout-du-Pont-de-Larn

BOUT-DU-PONT-DE-LARN
(Tarn)

La commune de BOUT-DU-PONT-DE-LARN est de création récente (1928). La pointe extrême à l'Ouest a été détachée de Saint-Amans-Valtoret car les habitants de cette partie, légèrement urbaine, se sentaient beaucoup plus proches de la paroisse de PONT-DE-LARN, avec une attraction poussée pour les premiers faubourgs commerciaux de Mazamet. Au début, beaucoup d'usines traditionnelles se trouvaient tout à côté de son territoire mais elles subirent vite les fluctuations de la vie moderne. De nos jours, une vaste zone industrielle, très conséquente, est implantée le long de la RN 112 et de la rive droite du Thoré.

Limitée au Nord par Larn et au Sud par le Thoré, Bout-du-Pont-de-Larn, 763 hectares et 1070 habitants, est limitrophe de Mazamet, Pont-de-Larn, Saint-Amans-Soult et Valtoret. Les principaux hameaux et lieux-dits sont Cucussac, Concourens, La Roque, Traktir, La Roumarié, Le Foulquier, Le Moulin Lautier, La Bouriette, L'Estrade Haute et Basse, La Métairie Neuve, Lagarrigue. Devise : Créer et dynamiser.

Découverte du village de Bout-du-Pont-de-Larn
Livre d'Histoire et de Géographie de Bout-du-Pont-de-Larn : disponible
Balade sur les traces de la ligne de chemin de fer Castres à Bédarieux


Vue générale

LABASTIDE-ROUAIROUX
(Tarn)

Tout à l'Est du département du Tarn, se trouve LABASTIDE-ROUAIROUX, village textile important autrefois. La crise subie de plein fouet, à cause de la récession économique, a permis aux habitants de la vallée du Thoré de prendre conscience des difficultés et d'essayer de trouver des remèdes nécessaires en se tournant vers le tourisme, et en profitant de sa position de lieu de passage sur la route nationale de Béziers à Castres. C'est aussi un point de transition entre le versant méditerranéen et le versant atlantique marqué par le col de la Fenille, à mi-chemin entre Saint-Pons et Mazamet. C'est aussi un lieu de vie qui mélange le passé et l'avenir. 


Labastide-Rouairoux. Vers le musée


Intérieur du musée textile

Le MUSÉE TEXTILE est situé au centre du Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc, dans un bassin spécialisé dans la fabrication de tissus destinés à la haute-couture et prêt-à-porter, Le musée est installé dans une ancienne manufacture textile. Dans ce cadre architectural intact, il retrace les savoir-faire traditionnels du 19ème siècle jusqu'à nos jours, ainsi que les innovations dans le domaine de la création textile, grâce aux nouvelles technologies et à la présence des tendances de mode bis-annuelles.

Découverte du village textile de Labastide-Rouairoux
Livre d'Histoire et de Géographie de Labastide-Rouairoux : Disponible
Balade sur les traces de la ligne de chemin de fer Castres à Bédarieux


L'église Saint-Louis

LACABARÈDE
(Tarn)

La commune de LACABARÈDE  est en quelque sorte le portail du Tarn et une voie de passage importante entre l'Orient et l'Occident. Elle marque aussi la limite du climat méditerranéen et océanique. On peut distinguer plusieurs ensembles.

* LE CHEF-LIEU : C'est l'ancienne plate-forme traversée en son milieu par la RN 112 qui pose quelques problèmes par son trafic important. Le Thoré est la rivière torrentueuse toujours capricieuse et imprévisible, prompte à sortir de son lit à la moindre dégradation des conditions climatiques.

* LES HAMEAUX : La Plazède, à l'entrée du village, a une situation caractérisée par l'industrialisation du 20ème siècle, avec son importante usine textile spécialisée dans la teinture des étoffes. Les autres hameaux sont Croupou, Dressou le plus conséquent, La Jasse en ruines, le moulin de Rabaud en voie de réhabilitation.

* LA MONTAGNE DU POMAYROL : Le hameau de Sales, avec son église, son cimetière, son ancienne école et sa vie économique rurale, maintient une présence humaine importante dans ces lieux, au climat rude une grande partie de l'année. Les fermes sont nombreuses de part et d'autre de la rivière de Candesoudre. L'histoire a surtout retenu l'importance de la paroisse de Sales, la stèle de la résistance à Lebrat et la Fontaine des Trois Évêques.

Découverte du village de lacabarède
Livre d'Histoire et de Géographie de Lacabarède : Disponible
Balade sur les traces de la ligne de chemin de fer de Castres à Bédarieux


Église de la Sainte Croix

ROUAIROUX
(Tarn)

La commune de ROUAIROUX a une superficie de 2848 hectares pour 346 habitants. L'altitude au chef-lieu est de 573 mètres. Le territoire est couvert de forêts et l'agriculture est peu productive sauf dans la vallée où le Thoré arrose les terres. Les habitations, de la partie qui jouxte la rivière, se confondent avec le village de Lacabarède. En 1749, la communauté prend le nom de son seigneur le marquis Joseph de Caylus. Pour les monuments, citons le château de Caylus (16ème siècle) et celui de Kerlo, l'église paroissiale Notre-Dame de Rouairoux, d'époque gothique avec sa voûte ogivale et son clocher carré. Les principaux hameaux sont : Barbeau, Bonnefon, Le Bruguet, La Mothe, Lavit, Longchamp, Nalbaut, Rieuvaissière, Lavergne, Vialanove.  Les excursions sont nombreuses et intéressantes dans les environs.

Ballade sur les traces de la ligne de chemin de fer de Castres à Bédarieux


Vue générale



SAINT-AMANS-SOULT
(Tarn)

1780 hectares, 2487 habitants, la commune de SAINT-AMANS-SOULT se trouve à l'altitude de 270 mètres le long du Thoré. Autrefois, on l'appelait Villemoindre et son vrai nom était Saint-Amans-Labastide. C'est un chef-lieu de canton avec toutes les commodités (commerces, administrations) et des monuments intéressants comme l'église paroissiale Notre-Dame de construction récente, le tombeau du maréchal Soult adossé à l'église et le château de Soult-berg où il est mort en 1851. Blason : D'argent à trois fleurs de lis de sable. Nombreux circuits à la découverte du patrimoine local, des vieilles rues de la bastide, du château Soult-Berg, de la tombe du maréchal, du clocher octogonal de l'église, de la façade style Renaissance des anciennes casernes, du four de verre et autres curiosités locales.

Livre d'histoire et de Géographie d'Albine : Disponible
Balade sur les traces de la ligne de chemin de fer de Castres à Bédarieux


L'entrée du château



SAINT-AMANS-VALTORET
(Tarn)

La commune de Saint-Amans-Valtoret est importante : altitude 278 mètres, 3558 hectares, 994 habitants. Autrefois, on l'appelait Villemage par rapport à Saint-Amans- Labastide. On dit les Saint-Amantais ou les Valtoretains. Au centre du village, on découvre l'ancien château pris et pillé en 1587 par Jean de Flotte de Sabasan, ligueur rigoureux, ennemi de Guillaume de Genibrouse, seigneur du lieu. le château a été reconstruit et remanié au siècle dernier. Blason : D'azur à la harpe d'or, accompagnée en pointe de deux fleurs de lis de même. Au hameau de la Vintaine, se trouvent les ruines de la chapelle Saint-Laurent d'origine ancienne. L'église paroissiale est dédiée à Saint-Amans, évêque de Rodez, mort vers 487.

En 1928, une partie du territoire a servi à la création de la nouvelle commune de Bout-du-Pont-de-Larn. Saint-Amans-Valtoret est limitée au Nord par le Larn et au Sud par le Thoré. Les hameaux et fermes sont nombreux. On trouve actuellement le Temple de l'Église Réformée.

Livre d'Histoire et de Géographie de Bout-du-Pont-de-Larn : Disponible
Balade sur les traces de la ligne de chemin de fer de castres à Bédarieux


Le château de Sauveterre

SAUVETERRE
(Tarn)

La commune de SAUVETERRE a une superficie de 1201 hectares, 324 mètres d'altitude pour 159 habitants. Fondée par l'église au 12ème siècle, la communauté de Sauveterre fait partie, en 1789, de la sénéchaussée et du diocèse de Castres. Au début du 19ème siècle, la commune faillit être démembrée entre Lacabarède et Saint-Amans-Labastide. Église paroissiale de la Sainte-Croix (1761), château de Sauveterre, brûlé au 13ème siècle lors de la guerre des Albigeois, reconstruit au 15ème siècle. Au village, mairie et salle polyvalente moderne en retrait de la RN 112.

Dans la forêt, ruines du four de verre et plus au Sud à 922 mètres d'altitude, se trouve la Fontaine des Trois Évêques. Blason : D'azur à deux bandes d'argent et un chef de même. Les principaux hameaux et lieux-dits sont Camproux, la Métairie Grande, Le Ver, Théroudou, Font Blanque, Le Cournadou, Cabanel, Les Régis, La Plaine, La Capté, Bernigal, Perdipo, Durenque, Rabasset, Gourgne, Le Poul, Les Acles, Le Merlé... 

Découverte du village de Sauveterre
Livre d'Histoire et de Géographie de Sauveterre : Disponible
Livre d'Histoire et de Géographie d'Albine : Disponible
Balade sur les traces de la ligne de chemin de fer de Castres à Bédarieux

retour