VEAUVILLE-LES-BAONS  (Seine-Maritime) 

 

L'église Sainte-Austreberthe, la chapelle Saint-Gilles, les Calvaires. 


La superficie de la commune de VEAUVILLE-les-Baons en Pays de Caux est de 796 hectares. Au milieu du 19ème siècle, le chiffre de 900 habitants est atteint. L'industrialisation des vallées dans le textile, le développement du machinisme agricole ont fait chuter la population d'une façon constante pendant plus d'un siècle. En 1962, il n'y avait plus que 301 habitants. La construction de petits lotissements et de maisons individuelles en a fait progressivement remonter le nombre. Au dernier recensement en 2006, le village, un peu à l’écart des grands axes de circulation, a une population de 729 habitants. Les principaux hameaux sont Houdetot, Le Moulin, Alvimbuc, Le Bel Évent, Le Grand Captot, Le Fay.


Plan de la commune de Veauville-les-Baons


La Mairie


Le bourg


l'École

Vallis-Villa (ferme de la vallée) selon Duplessis. Veauville a connu différentes graphies : Wiauville, Wialville, Willelville... Guillaume le Conquérant évoque Weauvilla dans la Neustria Pia. L'existence du village est attestée très tôt vers 1050. En 1738, la communauté possédait 100 feux (un feu vaut 4 ou 5 habitants).


Veauville, hors des grands axes (1920)


 Veauville par la voie communale 202

La commune possède plusieurs monuments remarquables, témoins de l'ancienneté de son histoire. Le voyageur qui arrive dans le village a le regard attiré par le magnifique clocher de l'église. c'est une belle tour carrée datée de 1577 surmontée d'une flèche octogonale en pierre avec les quatre évangélistes aux angles.


Le clocher de 1577


Tour carrée avec statues de saints

L'église est dédiée à Sainte Austreberthe. La nef et le chœur de 36 m de long et 14 m de large datent de 1852 et présentent peu d'intérêt. Le clocher, en forme de tour carrée de 1577, appartient à l'ancienne église. La partie la plus récente a été reconstruite par la volonté du curé du village, l'abbé Thomassin aidé par les paroissiens qui participèrent à ce chantier. L'abbé Robert, polytechnicien, supérieur de l'Institution ecclésiastique d'Yvetot en a dressé les plans.


L'église paroissiale


Intérieur de l'église


La patronne de l'église


Le calvaire du cimetière

La Croix Blanche est un calvaire de carrefour et date de la fin du 16ème siècle. On remarque, d'un côté le Christ en croix et de l'autre la Vierge Marie.

La Croix Rouge, calvaire en granit rouge de Silésie, a été érigée en 1874, grâce aux libéralités de Narcisse Bellanger, né à Paris, mais dont la famille était originaire de Veauville. Il avait amassé une fortune immense dans le commerce des toiles.


Calvaire de la Croix Blanche


Calvaire de la Croix Rouge

Le Calvaire du cimetière, érigé lors du jubilé du 24 novembre 1901, avait été offert par Madame Augustine Euphrasie Quesnel Pouyer-Quertier, sœur de Eugène Pouyer-Quertier, Industriel et homme politique qui négocia le traité de Francfort avec les Allemands après la guerre de 1870. On peut voir dans le cimetière, le Monument aux Morts, à nos Héros, morts pour la France de 1914-1918, de 1939-1945 et guerre d'Algérie. On remarquera également les tombes des six aviateurs anglais, australiens, zélandais dont l'avion fut abattu le 8 juin 1944 par les Allemands. Un hommage leur est rendu chaque année par le Souvenir Français.


Le Monument aux Morts


Les dalles funéraires des aviateurs

Il reste quelques vestiges très modestes du château-fort édifié par un sire de Houdetot et qui fut détruit lors de la guerre de Cent Ans par les Anglais qui occupaient, à cette époque, la Normandie et une bonne partie de la France. Il servit longtemps de carrière de pierres et de cailloux. La chapelle Saint-Gilles d'Alvimbusc ou Saint-Leu ou Sainte-Véronique est citée dès 1473. C'est aussi lieu de pèlerinage le 1er septembre pour la fête du saint patron. Un chemin aujourd'hui disparu la reliait à la chapelle Saint-Gilles du château de Boscol à Héricourt-en-Caux.


Chapelle Saint-Gilles d'Alvimbusc


Villa de la Croix Blanche


Veauville-les-Baons vit une existence paisible malgré la présence du gros bourg d'Yvetot à l'écart des grandes voies de communication entre végétation luxuriante et terrains agricoles. Le village se distingue par son église au clocher remarquable, ses anciennes belles demeures et ses nombreux calvaires, véritables petits monuments protégés. 


Les Chemins de fer en Terres de Caux. Important.

retour