LA  FONTELAYE  (Seine-Maritime)

Aux sources de la Saâne, le tortillard dans la vallée près du château...


La commune de LA FONTELAYE dépend administrativement du département de la Seine-Maritime, de l'arrondissement de Rouen, du canton de Tôtes. Au dernier recensement de 2004, la commune comptait 34 habitants soit une densité de 9 habitants/km2. En 1793, il y avait 192 habitants, en 1866 on en dénombrait encore 143  mais en 1983, il n'en restait plus que 44. La superficie totale est de 399 hectares et l'altitude est de 102 m à la chapelle Saint-Martin et de 110 m au château. 

Les hameaux ou lieux-dits sont La Fizetterie, la ferme de Bostaquet, le château, Le Haudelamare et la Rue. Les communes limitrophes sont Bourdainville, Vibeuf, Imbleville et Val-de-Sâane. La route départementale n°23 de Yerville à Anglesqueville traverse la commune.


Le plan de la commune de La Fontelaye

On pourrait traduire le nom de la Fontelaye par la haie près de la source. Le lieu est déjà cité en 1232. Le château est imposant, reconstruit en 1627 sur les ruines d'une grande bâtisse incendiée. Ce château actuel est très remanié et il date du 17ème siècle, époque d'Henri IV et Louis XIII. 


Panneau indicateur routier

   
Le château de La Fontelaye

La Saâne, charmante et paisible rivière, naît à la fontaine Saint-Sulpice au pied du village voisin de Bourdainville. Plusieurs sources visibles ou souterraines fournissent une eau abondante qui alimente en eau potable les communes du canton de Yerville. Saint-Sulpice, protecteur de la source, a paraît-il protégé les Bourdainvillais et les habitants de la région des maladies les plus diverses.

La Saâne prend son temps pour traverser le village. De temps à autre, elle passe sous une passerelle rustique : simples poutres jetées entre ses deux rives. Elle fréquente quelquefois des ponts ouvragés en bois ou en fer forgé munis de garde-fou. Elle longe les vestiges d'un ancien moulin et côtoie le château de la Fontelaye au pied duquel, en bordure de rivière on avait installé, au début du siècle dernier, une petite turbine pour produire l'électricité nécessaire aux habitants du lieu.


La petite église Saint-Martin de La Fontelaye



Intérieur de la chapelle

Au détour d'une courbe, apparaît une petite église du 16ème siècle, véritable bijou de simplicité et d'élégance. Cette merveille raffinée et humble a été admirée de tous temps. Des passants surpris, des connaisseurs fidèles, des célébrités sont venus la visiter. le petit cimetière qui l'entoure est un lieu de méditation. Cheminer dans ce cadre unique, harmonieux et silencieux est un don du ciel. Seuls les chants, les trilles ou les murmures du rossignol, du rouge-gorge, de la mésange, du pic épeiche, de la buse, de la grue, du grimpereau ainsi que le chuchotement de la rivière se mêlent à ce silence divin.


Autel de l'église



Les armoiries de Dumont de Bostaquet

L’église de La Fontelaye contient une litre funéraire reproduite une vingtaine de fois  sur les murs de la nef. A la mort du seigneur-patron, son blason était ainsi reproduit dans l’église. Cette coutume dura du 16ème siècle à la Révolution. Il s’agit d’une bande noire ornée d’armoiries. Ici, l’écu français « de gueules au chevron d’or, accompagné de trois têtes de levrauts arrachées d’argent deux et une » est surmonté d’une couronne de marquis et supporté par deux lions dont les pattes arrière s’appuient sur un socle vert. Ce sont les armoiries des Dumont de Bostaquet, qui à la Fontelaye, jouirent du droit de patronage après la famille de Bautot.

A la fin du 17ème siècle, le seigneur du lieu Isaac Dumont de Bostaquet pratiquait le culte protestant. Les adeptes de la nouvelle religion protestaient en particulier contre les fastes du culte catholique romain et reprochaient à l'église en place de s'être trop écartée de la foi chrétienne originelle. Le traité de Nantes (1598) améliora en son temps la vie des protestants et leur donna des droits appréciables. Louis XIV abolit en 1685 le dit traité. Beaucoup de protestants, par crainte, abjurèrent leur foi luthérienne ou calviniste. Dumont de Bostaquet prit la décision de partir vers les Pays-Bas avec toute sa nombreuse famille et de rejoindre les troupes luthériennes orangistes. Le temps a passé. Le sire Isaac Dumont de Bostaquet est mort en 1709. Lui et les siens ont rejoint leur Dieu. Leurs dépouilles reposent pour l'éternité à Portalington près de Kildare en terre irlandaise.



Tracé en jaune du Tortillard par La Fontelaye


La voie ferrée dans la tranchée de La Fontelaye

Un petit train d'intérêt local a traversé pendant 35 ans le Pays de Caux de Motteville à Ouville-la-Rivière (de 1912 à 1947). La halte de Bourdainville, avant la descente vers La Fontelaye, existe encore aujourd'hui. Le petit train s'arrêtait quotidiennement au village de La Fontelaye. Il faut impérativement lire le livre de Jean-Pierre Pérez qui retrace l'histoire du TORTILLARD. Il est disponible dans la Collection Les Cahiers de Terres de Caux.

Les Chemins de Fer en Terres de Caux. Important


Charles Fallot a couché sur le papier les jolis vers que beaucoup connaissent.

Je sais une église au fond du hameau,
Dont le fier clocher se mire dans l'eau
Dans l'eau d'une rivière
Et souvent lassé, quand tombe la nuit,
J'y vais à pas lents, bien loin de tout,
Faire une prière. 



HISTOIRE DE BOURDAINVILLE
En Seine-Maritime
Jean-Pierre PÉREZ 
Michel DECARPENTRY

Les Cahiers de Terres de Caux n.05

Avant-Propos de André DUCLOS
Ancien maire de Bourdainville

Préface de François SIMÉON
Maire de Bourdainville

Illustré,  172 pages, 2005.
Prix : 22 €  (port en sus).
ISBN: 2-95
24562-1-6


Commander


retour