Les Cantons

Les Villages

Les Villages


LA  LIVINIÈRE  (Hérault) 

Riche passé archéologique...
 Cru A.O.C. Minervois-La Livinière pour le présent et le futur...


La commune de LA LIVINIÈRE (598 habitants) fait partie du canton d'Olonzac, arrondissement de Béziers, département de l'Hérault. A 150 mètres d'altitude, elle offre une grande variété tant dans le relief à cause de son étendue, de la plaine de l'Aude au col de Saint-Julien jusqu'à la limite de Boisset. Le village, adossé aux derniers contreforts du Causse, s'engourdit aux chauds rayons du climat méditerranéen. Le route départementale D12 part de la limite de l'Aude et se dirige vers Saint-Pons, ancienne sous-Préfecture jusqu'en 1926. Les hameaux sont nombreux. Citons Gourgazaud, Tholomiers, Vipur, La Tuilerie, Sainte-Eulalie, Calamiac le Haut et le Bas, Saussenac, Saint-Julien, Cantignergues, Montaud.


La Livinière, Cella Vinaria, fut d'abord construite sur les bords de l'Ognon. Les chartes de l'Abbaye de Caunes la mentionnent dès le commencement du 12ème siècle. La seigneurie est importante et toute dévouée à l'Abbaye de Caunes dont Hugues de La Livinière est l'abbé. En 1210, Pierre de La Livinière est seigneur et se range aux côtés de Guillaume, vicomte de Minerve. Après la défaite, Pierre est dépossédé de ses terres par Simon de Montfort qui installe dans le château un de ses lieutenants Pierre le Singlar. 


  

                              Vue générale                                                                                            La fontaine 

Originaire du Limousin, Jacques de La Jugie était venu s'établir dans le Midi et se fixa à La Livinière. Son fils Nicolas lui succède et achète les places de La Livinière, Ferrals et Saint-Julien. Marguerite de La Jugie, par son alliance avec François de Moustiers, permet à ce dernier de s'intituler Comte de Mérinville, Rieux, Azilhan, baron de La Livinière, seigneur de Ferrals.

Ancienne ville avec le titre de baronnie et une des sept villes du diocèse qui envoyaient par tour un député aux États du Languedoc. Le 22 janvier 1790, création du département maritime du Bas-Languedoc ou de Montpellier. Saint-Pons devient district, le canton de La Livinière est créé avec Siran, Saint-Julien des Molières, Cassagnoles, Félines-Hautpoul et Ferrals. Les armes de La Livinière sont d'azur à la lettre L d'or.


Entrée du Château 

Blason


* SAINT-JEAN  D'OGNON
L'église est mentionnée dans une charte de la vicomtesse Aladais de Narbonne en 990. Elle était en ruines au 17ème siècle, à environ deux kilomètres du village actuel sur les bords de l'Ognon. Jadis paroisse, l'église est donnée en 1102, à l'abbaye de Saint-Pons par Bertrand archevêque de Narbonne. En 1355, le bourg de Saint-Jean et le village furent détruits par les Anglais qui respectent seulement l'église paroissiale. Les derniers vestiges ont disparu en 1889.


* SAINT-ÉTIENNE
Elle a été précédée par Saint-Jean d'Ognon qui fut l'église paroissiale primitive. En 1102, Bertrand, évêque de Narbonne, fit donation à l'abbaye de Saint-Pons de plusieurs églises de son diocèse dont Saint-Étienne de Cella Vinaria. C'était, à l'origine, l'ancienne chapelle du château dédiée à Saint Sauveur. De l'église romane du 11ème siècle, il ne subsiste que la partie inférieure de l'abside qui a été surélevée au 15ème siècle. A noter, le clocher roman peu ordinaire dans son style.

* SAINT-JULIEN  DES  MOLIÈRES
Elle a suivi les destinées de La Livinière. En 1673, elle fut détachée de la baronnie de Rieux puis rachetée en 1646 par le baron de Rieux. A la Révolution, l'ancienne paroisse Saint-Julien est rattachée à la succursale de Cassagnoles. Le clocher a été remanié au début du siècle.

Eglise Saint-Etienne

Eglise Saint-Julien

* NOTRE-DAME  DU  SPASME

L'origine du Pèlerinage serait, dit-on une statue de la Vierge trouvée sur des rochers, portée trois fois à l'église du village et trois fois retrouvée à la place première où fut enfin élevé un oratoire. Le trône de la statue derrière le Maître-autel, autrefois établi sur des rochers à peine dissimulés, est en ce moment transformé en niche de marbre blanc. Il ne reste plus un vestige de l'oratoire primitif offert à la Vierge du Minervois par les seigneurs de La Livinière et cette grande famille deLa Jugie dont la tradition constate la dévotion et la magnificence envers Notre-Dame. La construction actuelle est spacieuse et donne asile à de nombreux pèlerins. La statue représente la vierge en défaillance; la tête est d'une naïve et touchante expression. Sur les épaules de la statue, on remarque avec étonnement deux mains appartenant à un second personnage qui soutenait la Vierge dans son spasme. Les enfants, les malades et les pécheurs sont les privilégiés de la Madone.

Eglise Notre-Dame du Spasme

Intérieur de l'église



Une visite s'impose au caveau de Cella Vinaria car le Cru Minervois-La Livinière est l'une des plus belles réussites en vue de valoriser le patrimoine vinicole de la région. 



HISTOIRE  DE  LA LIVINIÈRE (Hérault)
Les Cahiers de Minerve n.17

Avant-Propos de Pierre BAUDUFFE
Ancien Inspecteur de l'Éducation Nationale

Préface de Jacques LE CAMUS
Maire de La Livinière

Illustré,  158 pages 2005.
Prix : 22 €  (port en sus).

ISBN: 2-9515499-6-2


Commander


retour