Les Cantons

Les Villages

Les Villages


LES  TRAMWAYS  DE  L'AUDE
La ligne de Carcassonne à Lastours

Balade sur les traces de la ligne des TA  



LES HORAIRES DES TRAINS
CARCASSONNE A LASTOURS

Horaires du 15 octobre 1908 au 30 juin 1909


Monsieur Laffont Jeune a l'honneur d'informer sa nombreuse clientèle que ses rayons de Chaussures confectionnées pour la Saison d'Hiver sont au complet. Fidèle à ses principes, il s'est imposé de lourds sacrifices de façon à contenter tous les clients qui s'adressent à lui pour leurs achats. Il a réuni dans ses magasins tout ce qui s'est fait de Nouveautés pour la Saison. Ses articles sont vendus, même à qualité supérieure de 10 à 12% meilleur marché que chez ses concurrents. Les grands Assortiments dans chaque rayon, les soins apportés au choix des modèles, la qualité supérieure employée dans chaque article et la modicité des prix ont placé la Cordonnerie Franco-Belge, située 20 Rue de la Gare, angle Rue de la République à Carcassonne, au premier rang des sérieuses Maisons de Chaussures.

Monsieur Laffont Jeune a édité, pour sa nombreuse et fidèle clientèle, les horaires des trains de la Compagnie du Midi et des Tramways de l'Aude d'après l'Indicateur Officiel du 15 octobre 1908 au 30 juin 1909. Il existe donc trois trains dans chaque sens, tant pour la ligne de Carcassonne à Caunes que pour celle de Carcassonne à Lastours. En voici le détail.


Horaires des trains de la Cie des Tramways à Vapeur de l'Aude en 1908-1909


Le train des Tramways de l'Aude dans toute sa splendeur en provenance du Carrefour de Bezons


LE  TRAIN  OMNIBUS  DE  6 h 10  du  matin



Arrêt du train spécial à la halte de l'Octroi

 

CARCASSONNE-MIDI
CARCASSONNE OCTROI-HALTE

(Aude)


Train en gare de Lastours

La locomotive Corpet et Louvet 030T au départ 


La gare des TVA (Tramways à vapeur de l'Aude) de Carcassonne-Midi se situe en face de celle de de la Compagnie du Midi, près du port du Canal du Midi. Le bâtiment voyageur a été détruit vers 1963. C'était le point de départ des lignes TA vers Caunes-Lézignan et Conques-Lastours. Ce matin-là, il fait beau temps et le train pour Lastours est prêt à partir à l'heure avec beaucoup d'ouvriers miniers pour les chantiers de Salsigne et La Caunette et quelques membres de la jeune Société des Études Scientifiques de Carcassonne qui partent à la découverte de la vallée de l'Orbiel et des quatre châteaux de Lastours.

La ligne Carcassonne à Caunes a été ouverte le 10 mars 1901 et celle de Lastours le 5 février 1902 jusqu'à Conques et le 15 juin 1903 jusqu'au terminus de Lastours. Il est 6 h 10 du matin en cette année 1909 et le train démarre bondé comme à l'habitude. La halte de l'Octroi (lieu-dit Saint-Paul), après le pont ferroviaire de la Compagnie du Midi, est passée à 6 h 14. Quelques voyageurs sont encore là et prennent place dans les wagons. 



De Carcassonne au Carrefour de Bezons

SAINT-JEAN-HALTE
PONT-ROUGE-HALTE

(Aude)

 


Le train longe les bords du Canal du Midi en musardant le long de la RN 118 et il s'arrête à la halte importante de Saint-Jean à 6 h 49 (pk 3,150). Nous avons un récit d'une excursion à Lastours du 1er mai 1927. Il est six heures du matin, sept membres de la Société, vivres en sac, escaladent les marchepieds du tramway de l'Aude, qui va faire cap vers Lastours, tête de ligne du tronçon le plus productif du réseau à cause même des richesses minières de la vallée de l'Orbiel. La journée semble devoir être très belle. Au soleil levant, notre train suit les bords du canal jusqu'au Carrefour de Bezons. On aperçoit en vitesse le double pont-viaduc et aqueduc sur le Fresquel et cette succession d'écluses qui permettent aux eaux du Canal du Midi de redescendre du plateau de Carcassonne sur lequel la dérivation de son lit primitif l'a obligé de passer, pour la création d'un port capable de desservir les intérêts de la Ville. Il est 6 h 22 à la halte du Pont-Rouge (pk 3,820) puis le convoi ferroviaire prend la direction du Carrefour de Bezons.



Le train en direction de Lastours

CARREFOUR DE BEZONS
(Aude)


Le tramway, après toutes ses épreuves, arrive à la gare de bifurcation du Carrefour de Bezons à 6 h 29 (pk 4,814). Le BV, commun à toutes les gares de la ligne, se trouvait entre la route de Conques et celle de Villalier. Il accueillait les voyageurs de Villemoustoussou et des environs. Un faisceau de trois rails régulait le trafic. Outre les trains de voyageurs, de nombreux trains mixtes ou marchandises circulaient sur ces voies. On peut se diriger vers Caunes seulement à 9 h 05 ou bien retourner à Carcassonne à 7 h 35 par ce tronçon commun. 

Balade sur les traces de la ligne des tramways de Carcassonne-Carrefour de Bezons à Lézignan



Le village de Conques-sur-Orbiel

CONQUES
(Aude)


Au Carrefour de Bezons, laissant à droite la ligne du Minervois par Villalier et à gauche la route nationale menant à Mazamet (D 118), le train retrouve la vallée de l'Orbiel et emprunte le côté gauche du GC 1 (D 201) en rails noyés. Partout les plaines sont fertiles et luxuriantes de végétation, complantées de vignes, d'arbres fruitiers et de céréales. Ces plaines s'étendent jusqu'à Conques, charmant chef-lieu de canton que la ligne des tramways contourne à l'Ouest et dont la gare est bâtie sur la rive droite de l'Orbiel (pk 3,552).

Il est 6 h 42 quand le train marque un arrêt important près de ce bâtiment voyageurs  situé en face du village. Le quai de 12 mètres servait aux échanges des marchandises. Il y avait une voie principale de passage et une autre de débord où stationnaient de nombreux wagons couverts car la ligne, bien que construite légèrement, voyait un trafic important grâce au développement industriel de la vallée. En 1923, 20600 tonnes ont été transportées sur cette ligne mais le tonnage admis par train est de 56 tonnes sur la section Carcassonne au Carrefour de Bezons, 51 tonnes jusqu'à Conques, puis 60 T pour La Caunette et 51 T jusqu'à Lastours.

Le bourg de Conques est bâti rive gauche de l'Orbiel sur un des derniers mamelons de la Montagne Noire. Il faut voir le donjon du 13ème siècle et le château seigneurial (16 et 17ème siècles). L'église est en dehors de l'enceinte fortifiée avec trois travées en ogive, une abside et quatre chapelles. Les armes de Conques sont... de gueules à trois conques d'argent posées 2 et 1



De Bezons à Conques, Salitis et La Vernède

SALITIS-ARRÊT FACULTATIF
LA VERNÈDE-HALTE

(Aude)



Panneau routier de Salitis aujourd'hui,
situé à l'ancien halte du tramway.
A droite, panneau d'arrêt des autobus


Le tramway se dirige maintenant vers Lastours village situé plus au Nord et va s'enfoncer dans la vallée étroite de l'Orbiel. La voie passe sur un pont métallique de 13 mètres et marque un arrêt facultatif à la halte du chemin de Salitis à 6 h 45. Il va s'approcher de Vic la Vernède qu'il atteint à 6 h 48. L'ancien prieuré simple de Vic était sous le vocable de Saint-Pierre et apparaît au 13ème siècle. A la Vernède, il faut noter le beau château qui domine la vallée. Autrefois existait une ferme avec jardins potagers, vignes, prairies, oliviers, troupeau de mérinos grâce à la vision éclairée de ses propriétaires successifs à travers le temps depuis au moins le 17ème siècle.



De Lassac à Lastours

LASSAC-HALTE
(Aude)


Panneau d'arrêt du bus actuellement


Ruines actuelles sur l'ancien passage du tramway
A droite inscription d'époque Villa Lassac


L'arrivée du train à Lassac a lieu à 6 h 59. C'était un hameau habité, avec château, bâtiments, église placée sous le vocable de Saint-Martin unie à la mense épiscopale de Carcassonne. Son territoire se trouve partie sur les communes de Sallèles-Cabardès et Limousis. La maison de plaisance, Villa Lassac, était sur la rive droite de l'Orbiel avec jardin pittoresque, vergers, prairies, vignes, oliviers et moulin. En 1857, le baron Peyrusse était le propriétaire. Il portait... en chef, d'argent à la clef d'or; en pointe, une île de sable, baignée par une mer de sinople (en mémoire du séjour à l'île d'Elbe), au franc quartier de baron, officier de la Maison de l'Empereur.



La gare de La Caunette/Salsigne

                 
LA
CAUNETTE/SALSIGNE
(Aude)


L'autre gare importante se situait à La Caunette, à l'embranchement de la route des mines de Salsigne, dans un endroit que l'on pourrait croire isolé. Il est 7 h 07 quand de nombreux voyageurs vont quitter le train pour aller travailler dans les mines aux alentours. Une voie se raccordait aux installations de chargement des Mines d'argent de La Caunette comme l'atteste l'action de cette société reproduite ci-dessous. Les membres de la Société des Études de Carcassonne vont poursuivre leur chemin avec le tramway qui est prêt au départ.


Action de 1921 des mines de La Caunette


L'usine de Salsigne


Gensanne affirme que les mines de La Caunette ont été exploitées de temps immémorial (période romaine). En 1927 de la mine de Salsigne, il est extrait des minerais arsenicaux tous argentifères et aurifères. Leur teneur en or peut être évaluée à 12 grammes à la tonne. La majeure partie du minerai est traitée à l'usine de la Combe du Sault située à 5 km de la mine, au bord de l'Orbiel.


MOULIN D'ARTIGUES-HALTE
(Aude)

La halte du Moulin d'Artigues se trouve au pk 10,294 dans un endroit où la route se rétrécit encore plus, prise en tenailles entre la paroi de la montagne et la rivière Orbiel. Il est 7 h 10 et la journée est prometteuse car le terminus n'est pas loin. En passant, il fallait voir l'usine du Moulin d'Artigues qui se compose d'une salle enfermant un broyeur et un ramasseur à meules verticales et horizontales et de plusieurs moulins à tamis. A l'aide de ces instruments, le minerai de fer provenant de la concession de Salsigne est broyé et bluté et il sert ensuite à l'épuration du gaz.

Au pk 11,060, après avoir traversé la chaussée, le train s'enfonce dans un tunnel de 26 mètres de long en courbe de 50 mètres foré dans la roche schisteuse instable en l'année 1902. C'est là la dernière frayeur de nos excursionnistes avant de retrouver le calme et la beauté de cette vallée.


La voie emprunte ce tunnel vers Lastours


La construction du tunnel date de 1902



Les châteaux et la gare de Lastours

LASTOURS
(Aude)


De nos jours à Lastours


Vue générale


La voie revient longer la rivière sur le côté droit de la route GC 101 (D 101) et déjà le village de Lastours apparaît dans toute sa splendeur aux yeux des voyageurs. On pourrait presque toucher les châteaux de Cabaret. A 7 h 14, le tramway vient s'arrêter devant la gare terminus de Lastours (pk 11,615) qui possède toutes les installations nécessaires comme le bâtiment des voyageurs, la halle et son quai, la remise pour la machine, le château d'eau et sa plaque tournante.

Lastours est une commune du canton de Mas-Cabardès où les maisons du village descendent jusqu'au fond de la vallée. les usines de fabrication des draps sont encore en activité à cette époque et attirent une population ouvrière conséquente. L'église est dédiée à Saint Pierre et Saint Paul, le chœur est ogival et la nef serait du 17ème siècle.

Les membres excursionnistes vont pouvoir escalader les montagnes à la conquête des châteaux et des voitures les amèneront un peu plus tard à la grotte de Limousis. Le retour se fera en fin d'après-midi par la gare de la Caunette. Le départ du dernier train est prévu à 6 h 02 du soir avec un retour sur Carcassonne pour 7 heures. Journée de marche, d'études aussi mais quel plaisir que ce tramway. On ne peut que déplorer sa disparition en janvier 1933.


LES 4 CHÂTEAUX DE LASTOURS 

LES EXCURSIONS


Dessin des vieux châteaux en 1632


Les quatre châteaux de Lastours


Le château de CABARET était la résidence de Pierre Roger en 1209. C'était le plus grand et comportait un donjon, un logis et une enceinte fortifiée avec un chemin de ronde. Tour Régine ou Tour neuve ou nove semble être postérieure à la Croisade puisque datant de 1260. Elle possède une belle voûte et se trouve au Sud de Cabaret. Surdespine ou Fleur d'Épine est mentionnée en 1153 (castellar de Surdespina) et a fait l'objet d'un différent avec le comte de Carcassonne au sujet de sa construction. Elle comprenait un corps de logis avec enceinte extérieure. Quertinheux est plus à l'Ouest. Construite sur un piton rocheux, elle surplombe le village actuel. Une chapelle dédiée à Sainte Catherine servait de lieu de réunion aux délégués de la Châtellenie. Pierre Roger de Cabaret, en mars 1211, capitule face à Simon de Montfort. Il reçoit du comte une autre terre digne de lui. Les seigneurs des autres tours se retirèrent sur les domaines qui leur restaient. 


LA GROTTE DE LIMOUSIS
(Aude)


Germain Sicard, archéologue et historien, a écrit au début du 20ème siècle que les grottes de Limousis, une des plus grandes curiosités du département de l'Aude, se trouvent à 500 mètres du village de Limousis, à 3 km de la gare des tramways de La Caunette, ligne de Carcassonne à Lastours. Lorsque l'on se trouve à l'entrée des grottes, dont l'ouverture, en forme de cintre, n'atteint pas deux mètres de hauteur, rien ne fait présager, devant ce modeste passage, les merveilles que renferme cette cavité. On pénètre d'abord dans une salle rocheuse à la lueur des torches. les sombres profondeurs s'illuminent aussitôt et de vagues fantômes blancs se dessinent dans les anfractuosités. on commence à se sentir pénétré de sentiments étranges à l'aspect de ce spectacle. L'horreur des ténèbres et le vacillement de la flamme semblent donner la vie aux masses inertes. Le blanc et le noir se mêlent, se séparent et se mêlent encore. Mille formes bizarres apparaissent sur les parois, changent d'aspect et disparaissent si l'on veut les contempler de plus près... L'esprit du visiteur, comme ses yeux, plonge en vain dans ces ténèbres finales, le laissent perplexe, indécis, ébloui !


HISTOIRE  DES  CHEMINS  DE  FER

du Minervois (Aude et Hérault)
des Vallées du Thoré, de l'Agoût, du Gijou (Tarn), du Jaur et de l'Orb (Hérault)

Les Tramways de l'Aude en Minervois
L'Intérêt Local de l'Hérault
La Compagnie du Midi Aude, Hérault et Tarn
Le Chemin de Fer Départemental du Tarn

Collection LES CAHIERS DE MINERVE

Illustré
En préparation 


On aura un aperçu des projets éphémères les plus divers comme celui du chemin de fer Decauville qui aurait pu relier Béziers à Azille par Quarante, Cruzy, Bize et Olonzac ou celui de Villedaigne dans l'Aude (gare du Midi) à Olonzac. Le vieux rêve, d'origine militaire et économique, était d'assurer la liaison Nord-Sud et de joindre Labastide ou Courniou à Bize, Caunes ou Saint-Chinian. Autant de projets évoqués, étudiés, souvent justifiés mais non réalisés.

L'étude portera aussi sur les lignes secondaires de la Compagnie du Chemin de fer du Midi à voie normale comme Moux à Caunes, Narbonne à Bize, Colombiers à Cruzy. l'Intérêt Local Béziers à Saint-Chinian avait une vocation viticole et minière. Les lignes mythiques, à voie métrique en accotement des routes ou en site propre, des tramways de l'Aude avec Lézignan à Carcassonne par le Minervois Aude et Hérault ainsi que Carcassonne à Lastours, sont répertoriées ici. La construction s'est échelonnée de 1901 à 1910 mais elles ont été fermées dès 1932 (janvier 1933 pour le service des mines de Salsigne) à cause de la concurrence routière.

La grande ligne Tarn-Hérault par le col de la Fenille a été la plus longue à être livrée à la circulation. Pourtant, le train est arrivé à Mazamet en 1866 pour la première fois venant de Castelnaudary en passant par Castres. Le prolongement par la Vallée du Thoré a été laborieux. En 1883, la ligne arrive à Saint-Amans-Soult, puis en 1889 à Saint-Pons et Bédarieux.

On aura aussi une pensée pour le petit train, à voie métrique, de Castres à Brassac et Murat-sur-Vèbre. Il a nécessité de nombreuses prouesses techniques lors de sa construction. Beaucoup de lignes ferroviaires ont disparu dans l'indifférence totale et seules subsistent Castres à Mazamet (service voyageurs), Narbonne à Bize (réseau touristique) et Colombiers à Cazouls-les-Béziers ( service marchandises).


retour