Les Cantons

Les Villages

Les Villages

LES  CHEMINS  DE  FER  PRÉCURSEURS  EN  MINERVOIS
(Aude-Hérault-Tarn)


LE  PROJET  DE  BIZE (Aude)  A  LABASTIDE (Tarn)

  
La ligne de Bize à Labastide-Rouairoux, classée sous le numéro 160, dans le réseau d'Intérêt général par la loi du 17 juillet 1879, a fait l'objet d'un avant-projet présenté au commencement de l'année 1881. D'après le Plan Freycinet, cette future ligne devait donner à Mazamet et à Castres une relation directe avec Narbonne.

Des études ont été faites, des cartes ont été dressées et même l'avant-projet a été modifié. Le but de l'opération était de raccourcir les distances entre les gares de Bize et de Saint-Pons, pour le raccordement à la ligne de Mazamet à Bédarieux et le rapprochement avec Saint-Chinian et son raccordement à l'Intérêt Local. La conclusion était simple, on se devait absolument de passer par Assignan, village situé à 6 km de Saint-Chinian, chef-lieu de canton. La longueur à construire serait moindre et par conséquent la dépense serait réduite.

La décision ministérielle de 1881 ordonne d'étudier sur le terrain, le plus promptement possible et avec les mêmes soins que pour les directions précédentes, la nouvelle combinaison qui consiste à établir un chemin de fer de Bize à Saint-Pons avec embranchement d'Assignan à Saint-Chinian.

La longueur de la ligne serait de 34 km et il y aurait trois stations dont Villespassans, Assignan, Cauduro et une halte à Cathalo (commune de Pardailhan). A la station de Villespassans établie à Combebelle, seraient rattachées les importantes localités de Quarante (1772 habitants) et de Cruzy (1590 habitants) par un chemin vicinal de 5 km environ longeant le petit vallon du ruisseau de Nazoure. La station d'Assignan est surtout destinée à établir la jonction entre le tracé étudié et l'Intérêt Local de Béziers à Saint-Chinian car la distance est très faible (6,8 km).

Les ingénieurs analysent le trafic probable de la ligne avant de donner leur conclusion. Ils pensent que le trafic est tributaire d'abord des ressources du pays traversé. On trouve les vins de Villespassans, Assignan, Cruzy et Quarante, les bois, les châtaignes, les noix de la partie montagneuse située au-delà d'Assignan. Les produits des carrières de grès, calcaires, plâtres existant non loin de Pont-Guiraud et peu exploitées à ce jour par suite des difficultés de transport. Saint-Chinian serait rattaché à la ligne par un embranchement et expédierait des vins, du plâtre, des draps, des cuirs... La population desservie serait d'environ 17000 habitants. La distance entre Narbonne et Castres serait moindre et le trafic provenant du transit pourrait amener 90000 voyageurs et 100000 tonnes de marchandises à la rigueur.

Et le rapport va se terminer par ces mots qui ne laissent présager rien d'affirmatif. L'ingénieur pense que si l'on tient compte des dépenses considérables que nécessiterait la construction de cette ligne et du chiffre relativement peu élevé de voyageurs et marchandises transportés, ... nous sommes d'avis qu'il n'y a pas lieu de prendre en considération le vœu émis par le Conseil d'Arrondissement de Saint-Pons. Le projet était donc refusé.

Quelques projets éphémères
Le projet de Caunes (Aude) à Labastide (Tarn)
 

retour