Nouveau... Patrimoine, Découvertes... Des études précises sur la région...

LA  GROTTE  D'ALDÈNE  (Hérault) 

Des pas de l'homme de Cro-Magnon aux gravures rupestres...


La GROTTE D'ALDÈNE  ou de la Coquille ou de Fauzan ou de Minerve est située dans la commune de Cesseras et s'ouvre sur la rive droite de la Cesse, à 45 mètres au-dessus du lit de la rivière, à 270 m d'altitude, à la base des calcaires à alvéolines de l'Yprésien qui reposent en discordance sur les calcaires dolomitiques du Cambrien inférieur. Son réseau a une longueur de plusieurs kilomètres.

Le karst, ensemble de cavités à l'intérieur du plateau calcaire, correspond à l'agrandissement, par dissolution du calcaire, des réseaux de circulation des eaux à une époque (géologique) où le canyon de la Cesse n'était pas creusé. La grotte constituait le bras d'une rivière souterraine. Abandonnée par les eaux lors du creusement du lit de la Cesse, la grotte se remplit progressivement de sédiments qui se superposent de bas en haut. On y trouve des restes d'animaux, des témoins de la flore, des traces d'occupation par les hommes à certains niveaux.


Vers 320000 ans AV JC, peut-être bien avant, aménagement d'un sol recouvert de gros galets. Le premier Homme d'Aldène utilisait des shoppers, galets à silex éclatés très grossiers. Vers 15000 Avant JC, apparaissent les pas du deuxième homme d'Aldène, dit de Cro-Magnon et vers 7000 Avant JC, les gravures rupestres tapissent les parois de la grotte. Les visiteurs se succèdent surtout à partir du 17ème siècle et en 1827, JM. Amelin, professeur de dessin en visite à la grotte, en fait la description et un croquis.

A partir de l'entrée, à gauche, c'est la galerie du trône qui se termine par un autel avec une stalactite qui a la forme de la statue de Sainte-Germaine. Puis, on arrive à l'église, la salle de danse, la salle du pilier. A droite, on voit la galerie du lac dont on ignorait la profondeur et l'étendue (100 m sur 3 m de profondeur). Cette galerie se termine par des draperies et par la galerie des signatures. Puis, dans la galerie principale, on trouve la montagne d'argile, la salle du chaos, à gauche on laisse la galerie de la fausse monnaie. On traverse les tribunes, on trouve la baignoire du grand ours des cavernes et dans la galerie de la cloche, la fontaine intermittente apparaît. On est arrivé à l'extrémité de la grotte.  


   

                              Entrée de la grotte                                          A l'intérieur de la grotte

En 1879, A. Gauthier, chimiste phosphatier membre de l'Académie de médecine et des Sciences, découvre dans le sol des phosphates de chaux et d'alumine (brushite et minervite). Entre 1888 et 1937, on a exploité, dans les couloirs de la grotte d'Aldène, les phosphates de chaux qui se présentaient sous la forme de limon très friable où s'était précipité l'acide phosphérique (12 à 36 %) issu de la décomposition de la viande et des os de nombreux animaux ensevelis depuis plus de 400000 ans. La couche limoneuse, constituant le sol de la grotte, a jusqu'à 11 m d'épaisseur, et les réserves sont de 300000 tonnes. La Société dite des Phosphates Naturels de la grotte de Fauzan cesse l'exploitation en 1932.


                       Crâne d'ours de l'Aldène                                                                                       

La structure d'habitat Pléistocène moyen, datée de 450000 ans, est représentée par un dallage de grands éclats en galets calcaires. A cette époque, on pense que la Cesse devait être proche du seuil de la cavité. Dans les galeries, en plus des empreintes de pas dont la netteté les fait classer parmi les plus belles, on découvre une piste ponctuée d'empreintes d'hyènes car cette partie de la caverne était leur repère et les autres animaux n'osaient pas s'y aventuraient. De nombreux coprolithes (excréments très riches en carbonate de chaux provenant des ossements des animaux ingérés) jonchent le sol. Dans les galeries voisines, les ours ont laissé des empreintes énormes et de nombreuses griffures sur les parois. Très émouvant aussi le toboggan des fauves où les ours et les hyènes ont glissé, griffé, dérapé sur cette pente boueuse due à un talus d'une quinzaine de mètres.

En 1928, l'abbé Breuil décrivit certaines gravures où l'on pouvait reconnaître des ours, des félins, des rhinocéros, des chevaux et des bovidés. Le bestiaire a été complété par la découverte d'un mammouth. Le graveur a utilisé des reliefs naturels et s'est servi comme support des griffades d'ours. On reconnaît les contours de cet animal, de la trompe à la queue. Aucune représentation de la ligne ventrale n'est esquissée.

A cause des climats très rigoureux puisqu'il s'agissait de périodes glaciaires, la densité de la population était très faible. Les hommes et les animaux ont choisi la grotte d'Aldène à cause de son réseau long d'environ deux kilomètres et de sa température constante et tempérée.



Dans la grotte d'Aldène, le domaine des spéléologues, existent au moins trois étages superposés qui font l'objet de découvertes significatives. Elles contribuent à parfaire les connaissances géologiques et humaines de la vallée de la Cesse.




LA  GROTTE  D'ALDÈNE

Les Carnets de Minerve

Illustré
En préparation

DÉCOUVERTE DU CANTON D'OLONZAC (Cesseras)

LA GROTTE D'ALDÈNE
(dans Histoire de MINERVE). Épuisé

 


retour