Nouveau... Les fossiles et les dolmens en Minervois... Des études précises sur la région...


LA  CITÉ  D'AZILLE  (Aude) 

Autrefois une cité prospère, aujourd'hui une belle circulade...


En plein Minervois, dans la plaine de l'Aude, à mi-chemin entre les premiers contreforts des causses et la montagne d'Alaric, La CITÉ D'AZILLE, perchée sur une éminence, présente à nos yeux les restes d'un château fortifié et d'une muraille d'enceinte, témoins de son passé glorieux.


                        Vue générale                                                        La Promenade

  
Le premier habitat connu date de 700 ans avant JC. et se trouvait dans l'étang près du pont de l'Aiguille. Les gaulois (les Ibères) s'installent vers le 4ème siècle avant JC. puis les Romains en 118 avant JC. avec la colonie de César. Attilianum ou Assilianum (domaine de Assimius) est fondé. Au 9ème siècle, la paroisse de Saint-André apparaît, les gens se regroupent en un point fort près de la source.

Azille faisait partie du domaine des vicomtes de Minerve, puis de Carcassonne avant d'être incorporé au domaine royal. Les premiers seigneurs étaient Gaucelin, Guillaume et Bernard d'Azillan. En 1355, le Prince Noir ou Edouard prince de Galles, ravage le pays et brûle de nombreux villages avant d'opérer sa retraite par les montagnes du Cabardès.

Après avoir été un temps chef-lieu de canton après la Révolution, la cité deviendra une simple commune du canton de Peyriac-Minervois. Mais elle conservera un bureau de bienfaisance, d'enregistrement et la poste aux lettres (gîte d'étape).


                    Notre Dame de la Santé                                              Intérieur de l'église

    
* L'ÉGLISE  SAINT-JULIEN  ET  SAINTE-BASILISSE

En parcourant les ruelles, on découvre l'église Saint-Julien et Sainte-Basilisse du 14ème siècle bâtie sur les fondations d'une ancienne église construite vers le 5ème siècle. A l'intérieur, on découvre six chapelles latérales, de grandes voûtes, des vitraux qui sont une merveille de l'art et la statue de Notre Dame de la Santé datée du 14ème siècle (Charles V). Le porche et la grille sont plus récents.

* L'ÉGLISE  SAINT-ANDRÉ
La paroisse Saint-André date du 12ème siècle et a subsisté jusqu'en 1791. Il reste l'emplacement d'un quartier, d'une porte et d'une fontaine dite de Saint-Andrieu.

* LES  CORDELIERS
A l'extérieur de la cité, on découvre les restes de l'ancienne chapelle des Cordeliers (Religieux Fransciscains). Eustache de Lévis fonde la maison d'Azillan et en 1791, les immeubles sont vendus comme Biens Nationaux. Il reste quelques vestiges remarquables.

* LES  MONASTÈRES  DES  CLARISSES
A l'intérieur du village, près de l'église paroissiale, se trouvent les restes d'une ancienne église gothique d'architecture ogivale. Elle était consacrée à la Sainte Trinité sous le patronage de Marie et de Sainte Claire. C'est le 21 août 1361 que Isabelle de Lévis, comtesse de l'Ille en Jourdain, Dame de Saissac et d'Azillan fondait le monastère des Clarisses de la petite observance. Il y avait, au début, 14 Religieuses et 4 Frères mineurs. On désignait le monastère sous le nom d'Abbaye Royale de Sainte Claire d'Azille.
Le nouveau monastère, visible actuellement, fut fondé en 1891 suivant la première règle. La vie des Clarisses est rude, austère et pénitente. Elles ont sacrifié tous les biens sur terre pour la piété, l'obéissance et la prière.

Eglise Saint-Julien

Place de l'église


* LA  CONFRÉRIE  DES  PÉNITENTS 

La chapelle des Pénitents est connue par le compoix de 1653. En 1842, elle est toujours présente. On donne le nom de Pénitents aux membres des sociétés laïques qui font des exercices de pénitence et qui portent un costume avec un capuchon sur la tête et les épaules. Ces sociétés remontent au 13ème siècle, suivent les processions mortuaires et chantent aussi les offices.

* LES  REMPARTS  DE  LA  CITÉ
Dès le 11ème siècle, les remparts existent et mesurent environ 850 mètres. En 1557, il y avait 12 tours, des fossés (sans eau) de 7 mètres de haut. La ville était alimentée par trois fontaines et le château fort situé à l'entrée de la ville (Porte de la Place, côté Narbonne) était défendu par deux tours. La porte Saint-André était dite de Carcassonne. Au 16ème siècle, c'était une place forte. L'histoire retiendra les assauts du Prince Noir, des Routiers et les disputes des ducs de Joyeuse et Montmorency durant les guerres de religion.


 
      Ruines des Cordeliers                                              La chapelle des Pénitents

 
AZILLE est aujourd'hui un gros bourg essentiellement viticole (1056 habitants, 2333 hectares). La plus grosse métairie est JOUARRES qui est signalée dès 1140 avec son église Saint-Pierre. En 1584, son château a connu les guerres de religion. A la Révolution, le château et les terres sont vendus. Il existait des moulins à huile, des terres labourables, des jardins, des vignes arrosables grâce au Canal du Midi construit par Paul Riquet. En 1845, l'étang de Jouarres (60 hectares) est asséché et converti en prairies naturelles. Mais de nos jours, l'essor économique prend son envol grâce à la nouvelle base nautique et au port de plaisance installé sur les bords du Canal du Midi, inscrit au Patrimoine Mondial.

Les autres métairies sont Floris, château moderne signalé en 1596, Massiac, fief de 1697, le domaine de Vaissière et son église Saint-Étienne de Tersan, titre primitif d'Azille et siège d'un Concile en 902. Citons aussi les domaines de La Chouppe, Les Salices, La Rèze, Les Fans, Sainte-Marie, Saint-Julien, Les Cascals, Jouarres-l'Étang, le Moulin des Nones, ancienne propriété des Clarisses.


Perchée sur une éminence, la CITÉ D'AZILLE mérite le détour grâce à la présence de nombreux monuments, des anciens remparts qui entourent la vieille ville et de sa longue promenade bien ombragée.


 


Le Petit Guide de

LA  CITÉ  D'AZILLE


Les Carnets de Minerve


En préparation
Découverte du canton de Peyriac-Minervois


retour