LES  CIRCUITS  DE  DÉCOUVERTE

Le sentier GR 77, la boucle de Mayranne,
 le causse de Minerve, les gorges du Brian et le grand circuit de découverte

LE  SENTIER  GR 77

Le sentier de Grande Randonnée 77, après son détachement du GR 7, part du barrage du Saut de Vézole et se dirige vers le Sud. Il passe par Prémian, Pardailhan, et entre dans la commune de Minerve au Sud du hameau des Gours de Vélieux.

Le sentier aborde ici son plus joli parcours, puisqu'il va serpenter dans les gorges du Brian, d'abord par la rive gauche et ensuite grâce au pont de Daniel, il rejoindra la cité de Minerve par la rive droite.


Les Gorges du Brian


Le confluent Brian-Cesse

Les gorges du Brian sont une merveille. La rivière passe au lieu-dit Gibraltar. Aux Payrolles, les crevasses, marmites de géant et cascades abondent, cachées par une végétation verdoyante.

A Minerve, le GR 77 poursuit sa route par le sentier de Fadette, frôle le Pech et passe à l'Est d'Azillanet. On le retrouve vers Mailhac, Argens et Moux. Il se termine au signal d'Alaric où il rejoint le GR 36. 

Découverte de Minerve

LA  BOUCLE  DE  MAYRANNE

Le circuit amène le promeneur en 1h 15, à un parcours de 4 km en boucle, sans grande difficulté à travers les vignes et le causse. En partant de la passerelle du Brian, on longe la Cesse pour se diriger vers le hameau de Mayranne à travers les vignes exposées au marin. En fait, il s'agit de longer la Courounelle et de parcourir les marnes laguno-calcaires de l'Éocène tertiaire. La route forestière mène à la métairie de la Courounelle. On aborde ensuite le chemin de l'Estrade impraticable aux véhicules utilitaires dans sa partie la plus grande. On retrouve les gorges du Brian et le château vicomtal dans la partie Est. L'arrivée se fait près de la Malevoisine.  Simon de Montfort, en 1210. avait établi là son camp principal, sur cette position dominante de la Terre des Estrades.

Au hasard du chemin, on peut découvrir avec beaucoup de patience, blaireaux, fouines, genettes,  rapaces et traces de sanglier. On aura les senteurs du thym, de la lavande et des orchidées. On découvrira le chêne kermès, le cèdre, les cistes, le buis et toutes les plantes de la garrigue.


LE  CAUSSE  DE  MINERVE

 

Promenade d'une distance de 13 km à travers le causse aride. Après un départ du parking haut, le sentier grimpe à travers le causse Grand Verdier en longeant La Gasque. On arrive au dolmen de Bruneau à travers la petite flore de la garrigue et les asphodèles. C'est la descente vers la Cesse, le moulin d'Azam, le Pas de la Lauze et la typique arrivée par les gorges de la Cesse, vers les deux ponts naturels.

 


Le causse de la vallée de la Cesse


Falaises de la vallée de la Cesse


LES  GORGES  DU  BRIAN

Ce parcours, d'une durée de 2 heures et de 6 km, est remarquable par son passage en corniche. On surplombe les gorges du Brian et c'est pour cela que l'on doit recommander la plus grande prudence aux randonneurs, surtout aux petits.

On part par la rive droite de la rivière en empruntant une partie du GR 77 et on revient par la rive gauche. On se retrouve en plein dans le gisement des trilobites, au milieu des schistes. Plus loin, ce sont les Payrolles et ses nombreuses marmites dominées par le fameux pont de Daniel.

Au retour, on passe le vieux pont du moulin, non sans avoir jeté un coup d'œil sur l'abondante végétation des bords de la rivière. En été, c'est l'invitation de l'eau qui paraît tentante dans les baignoires du Brian. Dommage que les gorges soient barrées à cet endroit par deux lignes électriques qui gâchent la beauté du site tout en créant une nuisance pour la faune aérienne rare et typique?   


Le passage couvert autrefois


Le puits Saint-Rustique


Vue d'ensemble maintenant


Le passage couvert de nos jours


LE  GRAND  CIRCUIT  DE  DÉCOUVERTE

Le parcours total est de 10 km et peut se faire aussi en voiture. L'itinéraire part de la cité vers le pont de Mayranne, avec un premier retour au parking du bas du village. On se dirige alors vers Fauzan,  jusqu'aux rochers ruiniformes.

La caractéristique principale de la végétation méditerranéenne est sa résistance à la sécheresse. Elle l'obtient par
          * un système radiculaire (racines) développé et plongeant
          * un système foliacé (feuillage), d'aspect rude, velu, d'une couleur sombre au-dessus, mais blanchâtre en-dessous. Ce qui permet naturellement de résister à la réverbération du sol. Le dégagement des odeurs aromatiques fortes crée un isolement frais autour de la feuille.

Quelques informations sont données sur les lignites. Les déboires commencèrent par la coûteuse constatation déjà faite en 1824, à savoir que ces lignites, exposés à l'air, s'enflamment spontanément. Vers 1850, une usine à verre fut construite aux Aliberts, commune de Minerve, par Monsieur Loup. Mais à cause des mauvais chemins, le prix des matières premières était si onéreux que cet industriel qui avait surtout tablé sur l'utilisation du lignite de sa mine située à proximité pour abaisser les frais généraux, ne put soutenir la concurrence et fit faillite avant 1870. On y fabriquait des bouteilles, des verres à boire, des verres à vitres, des pots de miel et à confiture.


Filon de lignite


Ancienne verrerie des Aliberts

Les mines de lignite
Livre d'histoire des mines de lignite en Minervois : disponible

La découverte des alvéolines dans le calcaire nummulitique, après le pont de Mayranne (1926), est émouvante. On se rappellera avec tristesse les effets destructeurs de la Malevoisine et que cinq églises se trouvaient sur l'ensemble de la commune : Saint-Nazaire, Saint-André de la Crouzette, Sainte-Marie, Saint-Étienne et Notre Dame du Bouys.

On termine la visite près des rochers ruiniformes qui étalent leur beauté dans un cirque de la vallée de la Cesse. De magnifiques escarpements se dressent curieusement découpés, et offrent toutes les teintes intermédiaires entre le noir et le roux. Étranges paysages de pierres aux formes grandioses, ils évoquent la ruine. Il y a présence de calcaires dolomitiques. Cette roche (la dolomie) présente la particularité d'associer le carbonate de calcium soluble au carbonate de magnésium peu soluble. L'érosion chimique, agissant selon les voies ouvertes par les eaux de ruissellement, a sculpté par endroits ces ruines, ces piliers auxquels l'imagination populaire a donné un nom.


Rochers ruiniformes vallée de la Cesse


Autres rochers ruiniformes

Voyage ferroviaire et routier d'Homps à Minerve
Livre d'Histoire et de Géographie de la Cité de Minerve : épuisé 

retour